Musica edin torni

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Guerre civile anglaise et Guerre de Succession. La alison weir war of the...

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Guerre civile anglaise et Guerre de Succession. La alison weir war of the roses pdf des Deux-Roses désigne un ensemble d’affrontements, constituant globalement une guerre civile discontinue, qui eut lieu en Angleterre entre la maison royale de Lancastre et la maison royale d’York.


Lancastre n’ayant été utilisée comme emblème pour cette maison qu’à partir de 1485, à la dernière bataille du conflit. Cette guerre des roses est liée aux droits de succession de la couronne d’Angleterre. Elle débute en 1455 et prend fin en 1485, quand le dernier des rois de la maison York, Richard III, meurt sur le champ de bataille et que Henri Tudor devient roi sous le nom d’Henri VII, fondant la dynastie des Tudor. Tudor, qui fusionne les deux autres.

Les historiens considèrent le conflit comme une conséquence de la clôture de la guerre de Cent Ans, supprimant irrémédiablement toute expansion anglaise en France et reportant la violence prédatrice des chevaliers et combattants sur eux-mêmes et leur nation. La noblesse, sur qui repose entièrement la levée des forces nécessaires aux combats, sort de cette période affaiblie face au pouvoir royal. La maison de Lancastre descend de Jean de Gand, duc de Lancastre en 1362 et 3e fils du roi Édouard III.

Celle d’York descend de son frère Edmond de Langley, 4e fils du roi Édouard III, devenu duc d’York en 1385. La rose rouge de Lancastre. L’instabilité politique en Angleterre d’alors est due aux problèmes de successions du roi Édouard III, dont le long règne est suivi par la montée sur le trône d’un enfant de dix ans, Richard II. Bien que celui-ci n’ait pas été l’héritier le plus direct, ses droits sont justifiés par le fait qu’il descend « par les mâles » d’Édouard III, alors que son cousin, Edmund Mortimer, alors héritier présomptif selon la volonté de Richard II, descend d’Édouard par sa grand-mère.

Son fils et successeur, Henri V, se montre grand stratège et ses succès militaires contre la France dans la guerre de Cent Ans lui ont valu une énorme popularité, qui lui ont permis d’assurer le maintien des Lancastre sur le trône. Toutefois, pendant son règne, qui devait être court, Henri V a dû faire face à une conspiration menée tambour battant contre lui, organisée par le comte de Cambridge Richard de Conisburgh, fils d’Edmond de Langley, le quatrième fils d’Édouard III.

Anne Mortimer peut se prévaloir aussi de quelques droits sur le trône, étant petite-fille de Philippa d’Anvers et arrière-petite-fille de Lionel d’Anvers. Henri V meurt en 1422, et son successeur Henri VI n’a qu’un an.

admin